Ambert (photo par Jean-Noël Penin)
Ambert (photo par Jean-Noël Penin)

Grahlf Ambert

Présentation du GRAHLF

Fondé en 1976, le Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques du Livradois-Forez (GRAHLF), association loi 1901, sans but lucratif, reconnue d’intérêt général, s’attache à donner vie à l’histoire du Livradois-Forez. Les recherches menées par des amateurs, des universitaires, des chercheurs, tous bénévoles, donnent lieu à des publications régulières.

Le Grahlf organise des visites commentées, une mise à disposition de sa bibliothèque et de ses collections archéologiques à titre gratuit, des expositions notamment dans le cadre des journées nationales du patrimoine, l’édition de chroniques et numéros spéciaux et donne ainsi des possibilités de publication à des étudiants ou à des chercheurs confirmés, apporte une aide personnalisée aux étudiants et aux scolaires quel que soit leur lieu de résidence, et cela par l’intermédiaire de ses membres. Elle recueille les archives anciennes qui lui sont confiées et assure conformément à la Loi le transfert aux Archives Départementales de celles qui ont le statut de document public.

Le mot du président (février 2020)

L’immortalité. N’est-ce pas avant tout la mémoire des vivants ?

Encore faut-il quelquefois, qu’un fait, un évènement, une nouvelle rapportée réaniment cette mémoire.

Ainsi la mort de Hubert Monteilhet survenue en mai 2019 nous a-t-elle rappelé sa place dans le Panthéon littéraire Ambertois. Alors jeune homme, il passa les années de la dernière guerre à Nouarat, ce qui lui inspira « Le cupidiable », roman facétieux dont l’action se passe à Ambert, même si « les lieux et les faits, les noms et les personnages de ce roman sont fictifs. Toute similitude avec un quelconque réel serait l’effet du hasard. Le cadre historique, en particulier, n’a d’autre raison d’être que la mise en valeur des caractères » …

C’est aussi dans une circonstance inattendue que vient de réapparaître la place qu’occupa, cette fois dans la vie musicale d’Ambert, un musicien espagnol, professeur de musique et organiste à l’église de la ville au xixe siècle, qui fut inhumé à Ambert, et dont on rechercha la tombe. En vain. Elle avait été reprise dès 1970.

La sauvegarde de la mémoire collective et du patrimoine local de notre ville et de sa région qui est l’un des buts de notre association, a donc conduit une partie de notre équipe à s’intéresser au cimetière d’Ambert. Cette initiative a été suscitée afin que certaines tombes actuellement non entretenues, mais dignes d’attention, ne fassent l’objet d’une procédure de reprise par la Municipalité comme les textes le lui permettent. Notre « Père Lachaise » recèle les sépultures d’Ambertois, heureusement ou tristement célèbres, tombes parfois humbles mais le plus souvent présentant un intérêt historique, architecturel ou artistique. Par ailleurs, les six visites guidées du cimetière, suivies par environ 250 personnes, ont mis en évidence l’intérêt des Ambertois pour ce lieu.

Matéo Pitarch puisqu’il s’agit de lui, ses origines, ses œuvres musicales ainsi que celles de son entourage familial, ont fait l’objet d’un article particulièrement riche par sa documentation et dont l’intérêt dépasse même le cadre Ambertois. Avec d’autres textes, il constitue l’ensemble de ce qui vous est proposé cette année en lecture.

Le Président, Lucien Drouot